La recherche


Pourquoi faut-il encourager la recherche ?

laboratoire-300x193

Le cancer est la seconde cause de décès chez les enfants de 1 à 14 ans (après les accidents de la route). Parmi tous les cancers pédiatriques, la leucémie est le plus fréquent avec 700 nouveaux cas diagnostiqués par an.

Au regard de ces chiffres, les cancers pédiatriques, et plus particulièrement les leucémies, devraient en toute logique représenter une priorité dans la recherche médicale, or, seulement 2% des fonds de la recherche anti-cancers leur sont alloués.

Environ 9000 adultes sont également touchés par la leucémie tous les ans. Si, comme pour les enfants, les progrès médicaux ont permis d’élever sensiblement leur taux de guérison, ils progressent encore trop lentement.

___________

Malgré des progrès très importants réalisés en recherche et en clinique, beaucoup de questions restent posées. Quelles sont les modifications moléculaires qui transforment une cellule normale du sang en une cellule leucémique ? Comment améliorer le traitement des patients atteints de leucémie ? Comment expliquer et prévoir les rechutes observées quelquefois après traitements de certaines leucémies ?

Les traitements proposés pour les leucémies ont longtemps été des chimiothérapies associées ou non à une greffe de moelle osseuse. Cependant la greffe de moelle reste réservée a une minorité de patients en raison de la lourdeur du traitement et de la difficulté a trouver des donneurs compatibles. De plus, l’inconvénient majeur des chimiothérapies est le manque de spécificité car elles détruisent à la fois les cellules cancéreuses et les cellules saines.

Depuis 10 ans, la découverte permanente de nouvelles altérations moléculaires a stimulé la mise au point de nouvelles drogues anti-cancéreuses. Dans la mesure ou les protéines mutées sont spécifiques des cellules cancéreuses, les objectifs ont été de trouver des drogues qui ciblent ces protéines mutées et les inhibent. Les thérapies ciblées sont très attractives car, en ciblant les molécules spécifiques de la cellule cancéreuse, elles ont des effets réduits sur les cellules normales et entrainent moins d’effets secondaires.

Récemment, le domaine des thérapies ciblées a connu des avancées majeures, avec le développement des analyses à haut débit du génome et de l’expression des gènes associées à des analyses informatisées et des biostatistiques. Cela permet de définir une signature génique par cancer qui peut être prédictive de l’évolution clinique et conduit à mettre en place des essais thérapeutiques basés sur le profil moléculaire des patients.

Cependant, la limite principale des thérapies ciblées est l’émergence d’une résistance à la drogue après une réponse initiale, souvent spectaculaire, au traitement. De nouveau, définir les bases moléculaires des mécanismes de la rechute et de la résistance à la drogue permettra de surmonter cette résistance. Les données collectées sur des collections de tumeurs (tumorothèque) permettent de classifier en sous-groupes les risques de rechute. C’est une première avancée dans le développement de thérapeutiques ciblées pour prolonger au maximum les remissions. Cette vision très positive de la recherche biomédicale met en évidence que l’avancement simultanée des études cliniques et des connaissances biologiques est le fondement de tout progrès thérapeutique.

Les Journées Nationales ont pour objectif de  de soutenir les chercheurs prêts à s’investir dans des recherches spécifiques, majeures et pointues sur les leucémies. De nombreuses voies de recherches peuvent amener l’espoir : la compréhension des mécanismes moléculaires, la découverte de nouvelles molécules, l’adaptation des thérapies.

 


Sources : INCa. La situation du cancer en France en 2012. / Brochure Laurette Fugain – La Recherche Médicale sur les leucémies : Pour que la vie gagne !